Mon rougail de morue à la réunionnaise – Le Grand Lejon

ROUGAIL DE MORUE A LA REUNIONNAISE - LE GRAND LEJON

Nous vous proposons une recette gourmande à partir de morue qui ravira les palais des plus petits comme des plus grands.
Une recette simple à base de morue, poisson salé emblématique chez Le Grand Léjon, mis au goût du jour avec cette originale recette de rougail de morue à la réunionnaise.

Photo de rougail de morue
Photo de rougail de morue

Voici la liste des ingrédients :

🐟  300 g de morue Le Grand Léjon
🍅    3 grosses tomates
🧄     3 gousses d’ail pilées
Jahe Rempah - Gambar vektor gratis di Pixabay1 c à soupe de gingembre en poudre

1 c d’huile d’olive
🧅    2 oignons
🌶️    3 gros piments
🌶️    Une à deux pincée de poivre

 

 

La préparation :

– La veille, nettoyez les filets de morue à l’eau claire puis mettez-la à dessaler dans une bassine d’eau, côté peau. Changez l’eau 3 à 4 fois.
– Le jour même, lavez la morue, faites bouillir de l’eau, mettez-y la morue pendant 5 min, sortez la, enlevez les arêtes et émiettez-la.
– Chauffez un peu d’huile dans une grande poêle pour y faire dorer la morue.
– Pelez et émincez les oignons, coupez les tomates en dés.
– Ajoutez les oignons à la morue et les gros piments coupés en deux dans le sens de la longueur.
– Remuez et ajoutez le mélange ail-gingembre. Cuire ensemble 2-3 min.
– Ajoutez ensuite les tomates. Laissez cuire 10 min puis réduire.
– Servez le rougail de morue avec des lentilles corail ou du riz blanc.

La saison de la morue

La saison de la morue a bien démarré dans notre atelier. Nos collaborateurs s'affèrent aussi à la sélection des plus beaux morceaux pour nos clients.

La sélection des filets de morue dans nos ateliers

Nous vous présentions notre savoir-faire morutier transmis depuis 1953. Notre mode de production est intimement liée à notre histoire et se répète chaque année. Nous proposons des morues entières, du dos, des filets ou encore des joues et langues. Ce sont des produits très appréciés des consommateurs à la recherche des produits de qualité, issus d’un savoir-faire authentique.  

La morue est salée au sel sec puis plongée en cuve (Photo à gauche). Petit à petit le sel va pénétrer dans la chair du poisson et prendra la place de l’eau contenue. L’eau sera alors rejetée dans la cuve et assurera la conservation du poisson, grâce à un taux de sel élevé. Le Cabillaud prendra l’appellation de morue au-delà de 21 jours dans cette cuve. 

Cette production au cours du premier trimestre de l’année et constitue un stock sur l’année à venir. 

Sur cette photo, travaille deux salariés qui, par un effet de mouvement, viennent prélever les morceaux de morue, ici des filets. 

Nous perpétuons ainsi ce savoir-faire authentique à la main dans le but de préserver toutes les qualités de la morue. 

 

Une fois prélevées, les différentes pièces de morue sont conditionnées afin d’être livré à nos clients. 

Cette organisation nous permet de répondre au mieux aux besoins de nos clients. Nous préparons ce dont nous avons besoin et cela régulièrement.

Vous pouvez réaliser une recette de filet de morue aux petits légumes.

Les miettes de morue (photo du bas) peuvent servir à la préparation de brandade de morue. Vous pouvez également les incorporer dans une préparation d’accras de morue. 

Filets de morue sélectionnés pour nos clients

Recette cake à l’artichaut et harengs doux fumés

Voici la première recette réalisée par Laurence. Une recette autour de deux produits locaux : l'artichaut et notre hareng doux fumés.

Voici les ingrédients :

  •  200g de harengs fumés do

  • 6 à 8 tomates séchées

  • 1 gros oignon

  • 8 feuilles de basilic

  • 3 œufs

  • 150g de farine

  • 1 sachet de levure chimique

  • 100g de gruyère râpé

  • 25cl + 12,5cl de lait

  • 8cl d’huile de tournesol

  • 2 c à soupe d’huile d’olive

  • Poivre

Voici les différentes étapes de la recette

Préchauffer le four à 180° (th6).

Dans une casserole, faites chauffer, sans faire bouillir, 25cl de lait.
Couper les filets de harengs en lanières.
Enrouler chaque lanière et presser ce rouleau entre le pouce et l’index.
Dérouler et enlever en raclant avec le couteau les petites arêtes qui dépassent.
Couper les lanières en dés.
Mettre les dés dans le lait chaud et laisser à couvert pendant au moins 20 minutes : cela va permettre de dessaler rapidement le hareng.

Pendant ce temps, dans une poêle, faire revenir l’oignon émincé dans l’huile d’olive pendant 3 minutes.
Ajouter les fonds d’artichaut et les tomates séchées coupés en dés.
Assaisonner et laisser rissoler 3 minutes.
Ajouter le basilic ciselé, remuer et réserver.

Dans un saladier, fouetter les œufs avec la farine et la levure.

Ajouter l’huile de tournesol puis 12,5 cl de lait tiède. Incorporer le gruyère et mélanger.

Ajouter ensuite la mélange à base d’artichaut et les dés de harengs égouttés. Poivrer mais ne pas saler.

Bien mélanger puis verser la préparation dans un moule à cake en silicone ou rigide ( beurré dans ce cas).

Enfourner entre 30 et 45 minutes selon le moule et le four : vérifier la cuisson avec un couteau, la lame doit ressortir sèche quand il est cuit.

Découvrez les recettes de Laurence

Les recettes de Laurence

Le Grand Léjon et Laurence, une cuisinière passionnée se sont associés le temps d'une semaine. Découvrez les dessous de cette histoire.

Laurence est une cuisinière passionnée et amatrice inconditionnelle de nos poissons salés, fumés et nos conserves de la mer. 

 

Laurence a eu pour objectif de sublimer une sélection de nos produits à travers des recettes originales et des associations surprenantes : 

– Filets de harengs doux fumés

– Filets de maquereau nature fumé 

– Filets de haddock fumé

– Filets de morue 

– Rillettes de maquereaux 170 gr

Les recettes de Laurence

Nous avons laissé à Laurence toute la liberté d’imaginer puis de créer des recettes à son image : généreuse, gourmande et surprenante sur la base d’une sélection de nos produits. 

Ensuite, Laurence les publia sur son compte Instagram et sur sa chaine Tik Tok, du contenu que nous partagions. 

Voici les recettes, elles seront publiées sur notre site internet tout au long de l’été. 

 
Ses recettes nous ont fait saliver et le résultat est excellent. Nous vous conseillons de les essayer à la maison ! 

Le jeu concours

Cet échange nous a également donné la possibilité de récompenser nos communautés. Nous nous sommes donc associés à l’office de tourisme de Binic-Etables-sur-mer qui s’est prêté au jeu. 

Le choix s’est porté sur un panier garni et une sélection de nos conserves de la mer à travers la généreuse soupe de poisson 40% et sa rouille traditionnelle, les rillettes de maquereaux, de bar au yuzu et Saint-Jacques de la Baie de Saint-Brieuc. Pour accompagner cela, nous y avons ajouté un délicieux DIP de saumon citron et aneth ainsi qu’un assortiment de toasts, croûtons à l’ail et de gressins. 

Le tirage au sort a été effectué au sein de l’Office de tourisme et une grande gagnante a été désignée et recevra prochainement son colis. 

La création de l’atelier

Nous vous présentions au cours de la semaine passée l’époque de la Pêche à Terre-Neuve. Binic fut reconnu, d’ailleurs, comme l’un des principaux ports de pêche à Terre-Neuve français si ce n’est le premier au cours du 19ème siècle. En revanche, le début du 20ème marque un tournant tant sur le fond avec l’amorce de la fin de la Grande Pêche que sur la forme avec le développement des ateliers de salaison et de fumaison.

Connaissez-vous l'histoire du Grand Léjon ?

Nous sommes alors en 1930, les marins reviennent les cales pleines de morue que l’on conservait dans des barils de 200 kg. Sentant le filon, Louis Le Gonidec saisit l’opportunité et créé l’établissement de salaison fumaison en 1930. L’entreprise est d’abord située à proximité des greniers à sel et des salaisons Depincé et Verry. Quelques années après, on la retrouve Boulevard Leclerc (auparavant nommé « Boulevard des Vaches »), l’avenue principale qui marque l’entrée dans la ville de Binic-Etables-sur-mer depuis Pordic.

La Morue

La morue arrivait fraîche sur le port, les marins l’emportaient alors au sein de l’atelier de salaison et de fumaison pour trancher le poisson sur « la guillotine », une sorte de couteau à pain que l’on fixait à un établi spécial. Nous reviendrons sur cette technique à l’occasion d’un prochain article dédié à la salaison et la morue. Avant cela, ils le faisaient à bord, désormais cela se passe dans les ateliers. L’activité principale de l’entreprise évolue entre la salaison de la morue et le fumage du hareng.

Le développement de l'activité

Au fil des années l’entreprise se développe et voit son activité marquée par la fin de la pêche à Terre-Neuve et l’arrivée de la Seconde Guerre Mondiale. L’entreprise oriente alors ses efforts vers le maquereau et le hareng traités au cours de l’hiver et transformés en filet.

L’atelier de salaison fumaison est d’abord reconnu comme Le Grand Léjon en 1975, suite à sa reprise par M. Da Silva, un ancien salarié qui a décidé de reprendre l’entreprise. En 1990, M. Paturel rachète l’entreprise et créé la SARL LE GRAND LEJON.  

Depuis, l’entreprise a évolué et s’est déplacée dans la zone d’activité de Beaufeuillage en retrait de Binic sur la route principale entre Binic et Lantic. Les années 2000 marque le démarrage de la production de brandade de morue et de conserves de la mer (soupes de poissons, bisques, rillettes de poissons). 

Le prochain article portera sur la salaison de poisson dans notre atelier depuis la création jusqu’à aujourd’hui. Nous maintenons notre volonté de contribuer à la préservation d’un savoir-faire historique. 

NB : Le Grand Léjon fait référence au phare qui marque l’entrée des bateaux dans la Baie de Saint-Brieuc. Il s’agit d’un phare emblématique connu des marins et des navigateurs des Côtes d’Armor. 

La Pêche à la morue à Terre-Neuve

La goélette Louise de l'armement Le Pomellec

Nous avons décidé de vous raconter l’histoire du Grand Léjon au cours d’une suite d’articles. Voici le premier sur la Pêche à Terre-Neuve. 

Nous vous invitons à rester attentif, des produits Le Grand Léjon seront à gagner tout au long de l’été ! 

Connaissez-vous l’histoire de la pêche aux terres-neuvas et son lien si étroit avec la ville de Binic aujourd’hui devenue une station balnéaire costarmoricaine prisée des touristes ?

Nous sommes au milieu du 19ème siècle, la pêche à Terre-Neuve bas son plein et Binic devient alors 1er port français. Forte de ses 37 navires, la vie de la commune est rythmée par les départs et les retours des marins. C’est au péril de leur vie, qu’ils s’élancent sur leurs goélettes à destination des eaux froides d’Islande et de Terre-Neuve.

Les marins binicais furent reconnus comme de vrai globetrotters tant ils n’ont cessé de voyager à travers les mers entre le 16ème jusqu’au tournant du 20ème siècle. La « Julie » est considérée comme le premier bateau aperçu dans les eaux de Terre-Neuve au cours de l’année 1853. La période de la Grande Pêche est, elle, située au 19ème siècle et reste encore aujourd’hui la période la plus florissante de l’activité. Selon certains documents, les marins binicais accompagnés des Basques apparaissent comme les précurseurs de la pêche à la morue sur la côte dîtes septentrionale de Terre-Neuve.

1852, le premier tournant

Cette année 1852 marque un premier changement dans la pêche à la morue. Les goélettes privilégient alors l’Islande, suivant l’exemple des marins Dunkerquois comme les autres ports bretons. L’Islande est plus proche et tout aussi riche en poisson.

Malgré tout, la pêche à la morue à Terre-Neuve se poursuit et les navires binicais continuent de s’y rendre jusqu’en 1904 et la fin du « French shore », un droit exclusif obtenu par les Français sur l’exploitation de la côte :

  • 1713 – 1783 : de la Pointe Riche au Cap Boavista (photo 1)
  • 1783 – 1904 : du Cap Ray au Cap St. John (photo 2)

1904, l’amorce de la fin de la Grande Pêche

La France abandonne son droit d’exclusivité sur une partie des Côtes de Terre-Neuve, les conditions d’accès aux ressources halieutiques deviennent difficiles. La chute se révèle lourde de conséquence pour les navires binicais. En 1912, seules 6 goélettes, un chasseur pour l’Islande et 6 navires pour Terre-Neuve. 1924, deux navires et un seul en 1927 nommé « Brocéliande ».

La pêche et son lourd tribut

Au cours de cette épopée de la Grande Pêche, 41 naufrages sont enregistrés entre 1866 et 1917 dont 17 considérés perdus corps et biens pour une perte estimée entre cinq et six cents hommes..

Les années 70’, la naissance des coquilliers

La pêche à la morue à Terre-Neuve est désormais terminée, les marins de la Baie de Saint-Brieuc découvrent alors un des gisements de coquilles Saint-Jacques les plus producteurs de France. Encore, aujourd’hui l’activité bas son plein et la Saint-Jacques de la Baie (Pecten Maximus) est reconnue de tous pour la taille de sa noix et son goût savoureux. L’année 1986, annonce la création de la criée informatisée de St-Quay-Portrieux. La pêche depuis Binic durera une vingtaine d’années jusqu’au développement du port de Saint-Quay-Portrieux à quelques kilomètres seulement. 

A découvrir prochainement : La préparation de la morue de La Grand Pêche à aujourd’hui.

Le parmentier au maquereau au poivre – Le Grand Léjon

Parmentier de maquereau fumé au poivre

Parmentier au maquereau au poivre - Le Grand Léjon

Nous vous proposons une recette gourmande à partir de nos délicieux maquereaux fumés au poivre. Un repas simple, à partager, qui ravira les papilles de toute la famille.

Pour 2 personnes – Préparation 20 min – Cuisson 15 min

Voici la liste des ingrédients :

🐟 200 g de maquereaux fumés au poivre noir Le Grand Léjon
🥔 5 pommes de terre
🥛  Crème fraîche
🐄 Lait
🧀 Gruyère râpé

 

 

 

 

 

La préparation :

  • Faites une purée maison avec les pommes de terre, le lait et la crème fraîche. Il n’est pas nécessaire de saler la purée, le maquereau fumé et le gruyère apportant suffisamment de sel au parmentier.
  • Dans un plat à gratin, alternez une couche de purée et une couche de maquereaux jusqu’à épuisement des ingrédients. Puis ajoutez le fromage râpé.
  • Enfournez dans le four préchauffé à 210°C (thermostat 7) pour faire gratiner le parmentier pendant 10 min environ.
  • Sortez-le du four lorsque le parmentier est d’une jolie couleur dorée !

Bon appétit !

Ma recette de haddock aux courgettes – Le Grand Lejon

Découvrez ou redécouvrez le haddock grâce à cette recette gourmande qui ravira les palais des plus petits comme des plus grands.
Une recette simple à base de haddock, poisson fumé emblématique chez Le Grand Lejon, de carottes et de courgettes.

Nous avons pensé à vous et voici notre recette.

Mon haddock aux courgettes

Voici la liste des ingrédients :

🐟 600g de haddock Le Grand Lejon
🥒  6 belles courgettes
🥕  2 carottes
🧀  200 g de parmesan
        1 c d’huile d’olive
🧅 
1 oignon
🌶️  1 poignée de baies roses
🥛   20cl crème fraîche entière fluide

La préparation :

– Allumez et préchauffez le four sur 160°.

– Mettez le haddock 1mn dans de l’eau bouillante, le sortir puis, enlever la peau avec la pointe d’un couteau. Réservez.

– Équeutez les carottes et les courgettes, puis épluchez-les. Taillez les courgettes en lamelles fines dans le sens de la longueur.

– Coupez les carottes finement en rondelles puis mettez-les à bouillir 5 min. Pendant ce temps, hachez finement l’oignon, faites-le revenir dans un plat en fonte avec l’huile d’olive, ajoutez les courgettes.

– Enfin, mettez votre haddock puis les carottes dans le plat. Tournez avec une cuillère en bois, terminez en versant les baies roses, la crème fraîche et saupoudrez de parmesan.

– Placez votre plat en fonte dans le four 30 min à 160°.

Les plats cuisinés

Le début des années 2000 marque un tournant dans l'activité de l'atelier Le Grand Léjon avec le lancement d'une gamme de plats cuisinés traiteur de la mer.

Le projet de plats cuisinés est né d’une volonté de proposer des plats simples inspirés des recettes de grands-mères. Notre choix s’est ainsi porté sur des plats cuisinés attachés à notre territoire : La Bretagne. Nous avons donc développé un large choix de parmentiers et de brandade de morue pour le plus grand plaisir de nos clients. 

Les premières recettes sont créées rapidement. La matière première est issue de nos ateliers : le poisson.

Vous retrouvez ainsi nos parmentiers de cabillaud et de saumon à la ciboulette ainsi que le parmentier de haddock. A cela s’ajoute, la délicieuse recette de brandade de morue. Ces trois recettes répondent parfaitement au projet de proposer des recettes simples, gourmandes et accessibles au plus grand nombre.

Présentées avec un fourreau, elles ont ensuite évolué et nous avons décidé d’élargir notre gamme avec des ingrédients locaux comme le chou-fleur et les épinards. Pour cuisiner ces ingrédients, nous avons sélectionné le saumon. Ce poisson se marie très bien avec ces légumes et nous permet de proposer des recettes innovantes.

Nos plats cuisinés ont d’abord été présentés dans des fourreaux (photo 1), qui renforçaient le côté traditionnel de l’entreprise. Par la suite, ils ont pris de la couleur (photo 2), ce qui permet de rendre les plats plus attractifs et de faciliter la lecture de cette gamme de produits.

Plus récemment, nous avons retiré les fourreaux pour des étiquettes collés directement sur le film protecteur. Chaque client peut voir le produit et retrouver son préféré à l’aide d’un code couleur qui reste identique. Cette nouvelle étape marque l’arrivée d’une référence de parmentier de saumon BIO, une nouveauté dans notre atelier. Cette nouvelle recette est intimement liée aux retours de nos clients qui souhaitaient proposer ou déguster des recettes bio, plus saines tout en restant gourmandes. Nous attachons une importance toute particulière à inviter nos clients à nous partager leur retour sur nos recettes et plus largement nos produits. Dans ce sens, nous avons repensé nos recettes pour qu’elles offrent l’impression de plats cuisinés à la maison au bon goût d’autrefois, ce goût authentique des « recettes de grands-mères ». La toute première, sortie en 2021, a une place tout particulière dans l’histoire de notre atelier : la brandade de morue 45 %. Cette nouvelle recette est préparée à partir de pomme de terre, de lait, de crème, de beurre et de morue préparée dans notre atelier de Binic, selon un savoir-faire traditionnel.


Elle se présente sans conservateur, sans additif et bénéficie d’un Nutriscore A. Cette recette gourmande vous replongent dans les cuisines pour une brandade de morue au bon goût du fait maison.


Cette recette ne sera pas la seule et sera bien suivi d’une petite nouvelle, mais pour le moment nous ne pourrons en dire davantage… 

Parmentier de saumon 30% – Nouvelle recette

Découvrez notre nouvelle recette de parmentier de saumon. Une recette retravaillée qui suit notre ligne conductrice : vous proposer des plats cuisinés bons et sains. 

L’année 2021 a été marqué par le lancement de notre brandade de morue, riche en morue 45%, issue à 100% de notre atelier avec ses pommes de terre, son beurre, lait et crème origine France garanti ! 

Voici le parmentier de saumon riche en saumon 30% avec du saumon fumé et son goût parfumé. La recette est désormais cuisinée avec des poireaux et un zeste de citron qui amène de la gourmandise à ce plat. 

La recette est également pensée pour être saine avec des matières premières origine France (Pomme de terre, lait, crème et beurre), non élaborées (poireaux, persil, ciboulette, etc.). Elle est surtout sans eau ajoutée et vous présente un Nutriscore B ! 

Vous pouvez la retrouvez dans nos magasins partenaires aux formats 700 gr et 300 gr au rayon poissonnerie. 

Nos collaborateurs : épisode 2 – Atelier poisson

Découvrez notre deuxième épisode qui met en lumière Paul-Emmanuel, un collaborateur polyvalent qui travaille depuis de 3 ans chez Le Grand Léjon.

Quel rôle occupes-tu ?

Je suis à l’atelier poisson. J’aide à la traçabilité en éditant et complétant les documents des produits. Je participe à toutes les opérations de transformation des poissons, que l’on reçoit, en produits semi-finis salés et/ou fumés. J’ai également été formé pour travailler aux différents postes de l’usine de Binic et de l’entrepôt de Plélo. Je peux aider les équipes notamment en cas d’absence, de congés ou de commandes importantes.

Quelle mission préfères-tu ?

J’aime veiller à la sécurité des produits alimentaires en assurant la traçabilité et le nettoyage des ateliers.

Quelle est ta meilleure anecdote au travail ?

J’aime découvrir les nouvelles recettes à l’occasion des réunions annuelles. C’est aussi un moment où l’on rencontre d’autres salariés comme les commerciaux, les livreurs et le personnel de Plélo. Cette réunion nous offre une vision de l’entreprise sur l’année écoulée et celles à venir.

Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

Je me lève avec l’objectif de m’installer en Bretagne et de devenir propriétaire, ce que ce travail m’aide à atteindre. Je suis également heureux de retrouver mes collègues.

Quel est le meilleur moment de ta journée ?

Lorsque tout se passe bien et que l’on atteint les objectifs prévus au planning.

Si tu pouvais prendre la mer, où irais-tu ?

J’aime aller pêcher dans les îles Saint-Quay et au large d’Erquy (Le Grand Pourier) lors des grandes marées ou pour taquiner le bar.

 

Quelle est ta recette préférée ?

Les raviolis japonais (Gyoza) avec une recette traditionnelle et mon petit pêché mignon : la banana split en dessert.

Quel est ton produit préféré chez nous ?

J’aime beaucoup la soupe de poissons au curry, gingembre et lait de coco.

Retrouvez prochainement d’autres échanges avec nos collaborateurs et découvrez nos métiers. 

Maquereau fumé et riz sauté

Les recettes Le Grand Léjon reprennent. Nous profitons d'une production pour mettre en avant nos filets de maquereaux fumés à la provençale. Nous l'accompagnons de riz sauté, d'un poivron rouge, d'un oignon, d'ail et de paprika.

Voici les ingrédients (pour 2 personnes):

  • 125 gr de riz

  • 2 filets de maquereau fumé à la provençale

  • 1 poivron rouge

  • 1 gousse d’ail

  • 1 oignon rose (au choix)

  • Huile d’olive

  • Poivre

  • Sel

Voici les différentes étapes de la recette​

Cuisson du riz

Remplir une casserole d’eau et chauffer jusqu’à ébullition. 

Plonger le riz et le faire cuire selon la durée indiquée sur l’emballage. 

Vous pouvez ajouter du sel dans l’eau. 

Une fois cuit, veiller à l’égoutter et à le réserver.

Préparation du poivron rouge, de l'oignon et de l'ail

Laver le poivron, l’ouvrir et l’épépiner et le coupe en petites lamelles. Réserver. 

Concernant l’oignon et l’ail, il vous suffit de les peler et de les couper finement. 

Préparation des filets de maquereau fumé à la provençale

Placer une fourchette ou un couteau entre la chair et la peau du maquereau fumé. 

Longer délicatement la peau pour extraire la chair de maquereau. 

Emietter les filets à l’aide de la fourchette. 

Cuisson de l'ensemble

Prendre un wok ou une poêle. Le/la faire chauffer avec un filet d’huile d’olive. 

Ajouter le poivron, l’ail et l’oignon. 

Si vous le souhaitez vous pouvez saupoudrer cela de paprika ou d’une autre épice de votre choix. 

Faire colorer légèrement jusqu’à cuire l’oignon. 

Ajouter le riz et l’émietté de maquereau. 

Faire revenir le tout à feu vif pendant quelques minutes. 

Servir chaud. 


Bonne dégustation ! 

Nos collaborateurs : épisode 1 – Comptabilité et appro.

Nous vous proposons de découvrir nos collaborateurs et leur métiers à travers une interview courte aux sujets divers et variés. 

Nous débutons avec Marie-Christine qui travaille depuis de nombreuses années chez Le Grand Léjon.

Quel rôle occupes-tu ?

Je suis en charge de la comptabilité et de l’approvisionnement en matières premières. Je m’occupe de tous les règlements clients de la saisie au pointage. Je traite également les courriers qui nous sont destinés. Je gère toute la partie fournisseurs de matières premières, de la commande à la facture.

Quelle mission préfères-tu ?

Je n’arrive pas à choisir, j’aime tout ce que je fais et tout est important !

Quelle est ta meilleure anecdote au travail ?

Depuis que je suis arrivée ici, ma meilleure anecdote est la fois où j’ai oublié de payer la TVA. C’était, il y a presque 10 ans et je m’en souviens encore.

Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

Je me lève avec le plaisir d’être en bonne santé et de démarrer ma journée en me disant « Tout va bien se passer.

Quel est le meilleur moment de ta journée ?

Lorsque ma journée est terminée et que je me pose chez moi, sur ma chaise avec mon carré de chocolat et mon téléphone… Il est 22H30.

Si tu pouvais prendre la mer, où irais-tu ?

J’irais faire une partie de pêche en famille autour du phare Le Grand Léjon.

Quelle est ta recette préférée ?

La brochette de Saint-Jacques dans un restaurant que j’affectionne tout particulièrement. Je l’accompagne d’une coupe de champagne.

Quel est ton produit préféré chez nous ?

La soupe de poissons au curry, gingembre et lait de coco.

Retrouvez prochainement d’autres échanges avec nos collaborateurs et découvrez nos métiers.